La France d'autrefois

16 novembre 2009

Etre français

            L’on évoque beaucoup aujourd’hui la signification des deux mots : être français.  Le discours dérive toujours sur les problèmes liés à l’immigration. Dans ma vie professionnelle, j’ai eu comme directeur le fils d’un immigré polonais, et comme collègues de fréquentation quotidienne le fils d’un immigré espagnol et un hongrois réfugié en France.  Il n’y eut jamais la moindre difficulté dans notre coopération, pas plus que mes amis ne connurent de problème de leur insertion dans une ville française. Ils étaient tous les trois d’ascendance et de culture judéo-chrétienne et gréco-latine. 

            Dans un passé plus lointain, des invasions venus du Nord, de l’Est, de l’Ouest et du Sud, ont laissé leur traces chromosomiques dans l’ADN français, et le vent de l’histoire a dissipé de longue date ces parfums venus de l’étranger.

            Un seul cas présente quelques difficultés.  C’est celui dans lequel la discipline religieuse transcende les coutumes, voire les lois, locales.  L’exemple est historique, de la fidélité à

la Loi

des Juifs qui l’emportait sur leur obéissance aux lois. Cette indéfectible volonté fut à l’origine de biens des persécutions que subit le peuple hébraïque. C’est aujourd’hui

la Loi

islamique, qui prétend prédominer sur la laïcité de nos lois, qui pose un grave problème.  Le port du voile et la pratique du ramadan sont des exemples mineurs de cette confrontation.  Le fait que l’on évite d’introduire dans le langage politiquement correct l’évocation de ce problème est la preuve de son importance.  Heureusement, il n’est pas dans des coutumes modernes de notre pays, le fait de persécuter les croyants dont la foi s’oppose à notre laïcité.  Mais la confrontation, pour être maintenue silencieuse, existe bien.

            Alors, quelle solution ?  Islamiser

la France

semble par trop contraire à l’essence même de notre pays.  Ou bien que l’Islam en France renonce formellement à son opposition à la laïcité, ce qui serait conforme à l’attitude de maints musulmans vivant en France.  Ceux là seraient certainement, soulagés, voire heureux de cette décision.  Alors, qui va céder ?

Posté par HariBhat à 21:22 - Commentaires [0]